L'automobile dynamise le marché des semi-conducteurs

L'automobile ne représente que 8 % du marché des semi-conducteurs en 2014 mais va devenir un débouché de plus en plus important avec le développement des motorisations hybrides, de la voiture autonome et des systèmes d'infodivertissement.

Le développement des objets connectés favorise la vente des semi-conducteurs : après une progression de 5,4 % en 2013, ce marché a encore augmenté de 6,7 % en 2014, à près de 336 milliards de dollars, selon le cabinet Gartner. L’industrie automobile est un débouché de plus en plus important pour ces semi-conducteurs, représentant un chiffre d'affaires de 29 milliards de dollars, en hausse de 10 % en 2014, selon IHS. D’ici à 2020, 250 millions de véhicules connectés (d’après Gartner ; cf. revue de presse du 27/1/15), soit un véhicule sur cinq, circuleront sur les routes et auront besoin de ses composants.

Le développement des véhicules hybrides et de la voiture autonome va également dans le sens d’une utilisation croissante des semi-conducteurs. « Un véhicule hybride utilise dix fois plus de semi-conducteurs qu’un moteur classique », souligne Ahad Buksh, spécialiste du sujet chez IHS qui prévoit une progression des ventes de semi-conducteurs dédiés aux hybrides de 22 % en 2015, après un bond de 24 % en 2014.

Les semi-conducteurs dédiés aux systèmes d’aide à la conduite devraient quant à eux gagner 21 %, pour représenter un marché de 1,8 milliard de dollars en 2015.

Au cumul, IHS prévoit une croissance du marché des semi-conducteurs pour l’automobile de 19 % par an entre 2013-2018 et anticipe un marché de 31 milliards de dollars en 2015, en hausse de 7,5 %.

Les premiers acteurs de ce marché dédié à l'automobile sont Infineon (9,8 % de parts de marché), Freescale (7,4 %), Texas Instruments (6,4 %), On Semiconductors (3,6 %) et Micron (2,5 %), indique IHS. (AUTOACTU.COM 28/1/15)

Alexandra Frutos