L’allègement des véhicules va entraîner une baisse de la demande de carburant

D’après une étude réalisée par Wood Mackenzie, la demande de carburant en Europe et en Amérique du Nord devrait baisser de 10 % d'ici à 2020 en raison de l'utilisation d'automobiles plus légères. « L'utilisation croissante de matériaux plus légers pour améliorer le rendement du carburant dans le transport routier devrait permettre une baisse de 10 % de la demande de carburant en Europe et en Amérique du Nord d'ici à 2020 », souligne le cabinet britannique. « Les véhicules ont gagné du poids de façon presque continue durant plusieurs dizaines d'années mais maintenant, avec des standards plus exigeants en termes d'économies de carburant et des réglementations plus strictes sur les émissions (de CO2), les véhicules commencent à devenir plus légers », explique Renate Cakule, analyste chez Wood Mackenzie, citée dans l'étude.

A l'image de la nouvelle génération du pick-up F-150 présenté par Ford en début d'année, les constructeurs d’automobiles utilisent de moins en moins d'acier et de plus en plus d'aluminium, ce qui allège les véhicules et les rend moins gourmands en carburant. Les analystes de Wood Mackenzie projettent ainsi une baisse de 2 à 3 millions de tonnes de la demande d'acier aux Etats-Unis d'ici à 10 ans, baisse qui sera toutefois contrebalancée par une hausse de la demande dans les pays émergents. La demande de zinc, qui sert à galvaniser l'acier utilisé dans l'industrie automobile, devrait également souffrir de l'allègement des voitures, signale le cabinet.

A l’inverse, la demande d'aluminium dans l'industrie automobile devrait se trouver renforcée, ainsi que celle de composants plastiques, qui permettent également de réduire le poids des véhicules. « Une réduction de 10 % du poids d'une voiture petite ou moyenne équivaut à une amélioration du rendement du carburant comprise entre 2 % et 4 %, en fonction de la façon dont le véhicule est conduit, la taille des pneus, la maintenance et d'autres facteurs », explique Richard Warner, analyste de Wood Mackenzie. « L'amélioration du rendement du carburant offert par la réduction du poids des véhicules est une considération importante pour les conducteurs, les constructeurs et les décideurs, surtout dans un monde où les prix pétroliers sont constamment élevés », conclut le cabinet britannique. Depuis début 2011, le cours du Brent s'est pratiquement toujours maintenu au-dessus des 100 dollars le baril.

Alexandra Frutos