L’achat de voitures neuves sur la toile, bientôt une réalité ? (1/2)

Alors que les achats en ligne se développent dans pratiquement tous les secteurs d’activité, la distribution de voitures neuves en France demeure dans un schéma classique d’achat en concession, même si des constructeurs tâtent le terrain sur l’internet avec des services et des produits périphériques. Lors de sa dernière enquête publiée fin 2014, l'observatoire Cetelem de l'automobile remarquait que 28 % des automobilistes français se disaient prêts à franchir le pas de l’achat d’un véhicule sur la toile.

« Auparavant, un futur acheteur passait quatre ou cinq fois dans une concession avant de faire son choix. Maintenant, c'est une fois et demie en moyenne », indique Jacques Rivoal, patron pour la France du groupe Volkswagen, soulignant que grâce à l’internet, « les clients sont souvent mieux informés que les vendeurs ».

« Le client de l'automobile a changé. Il a un achat qui est de plus en plus réfléchi et pensé, il a de moins en moins besoin d'assistance, puisque de plus en plus il fait son choix très en amont de sa recherche sur les sites », confirme Thierry Plantegenest, directeur client monde de Renault. Il estime à 85 % la proportion de clients ayant consulté l’internet avant de se présenter dans un point de vente du Losange. Sur Renault.fr, le visiteur est invité à télécharger une brochure en laissant son courrier électronique, ou à réserver un essai. Mais les achats en ligne, comme chez Peugeot, se limitent pour l’instant aux tapis de sol et autres accessoires. M. Plantegenest évalue pourtant à environ 40 % les clients qui ont envie d'acheter une voiture neuve sur l’internet en France, proportion qui monte à « plus de 80 % en Chine ». « On ne va pas se mettre en travers des attentes des clients », souligne le dirigeant, qui défend une « approche de test et d'apprentissage ». Il ne prévoit pas que Renault se lance « du jour au lendemain » dans la vente sur l’internet. En revanche, la marque va très bientôt proposer de réserver et payer en ligne les révisions de son véhicule.

Alexandra Frutos