L'UE poursuit ses négociations commerciales avec le Brésil

Alors que le rapprochement avec le Mercosur stagne, l'Union européenne progresse dans ses négociations commerciales avec le Brésil, en vue du sommet qui se tiendra en février à Bruxelles. Le Mercosur, marché commun du cône sud-américain, « sert à nouer des accords commerciaux. Mais le Mercosur a des problèmes internes [...], alors nous ne pouvons pas ne pas parler avec le Brésil, qui est un pays très important, qui est en croissance, où l'on parle des langues européennes et avec lequel il est plus facile de travailler pour nous », a déclaré le 11 octobre Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne chargé de l'Industrie, lors d’une visite à Brasilia.

« Au Brésil, il y a de nombreuses entreprises européennes qui travaillent. C'est pourquoi le Brésil est important. Pas seulement pour le commerce mais aussi pour l'industrie, le tourisme, les PME », a souligné M. Tajani. Parmi ces entreprises figurent notamment Fiat et Volkswagen.

M. Tajani a précisé qu'au cours des prochains jours, un autre responsable technique de l'UE se rendrait au Brésil pour étudier la coopération dans les secteurs des chemins de fer, de la construction civile et de l'automobile.

D'après les chiffres du ministère brésilien du Développement, de l’Industrie et du Commerce, l'UE a été au premier semestre de 2013 le troisième importateur de produits brésiliens, avec 19 % du total des exportations brésiliennes pour un montant de 21,7 milliards de dollars. L'UE est de son côté le deuxième principal fournisseur du Brésil avec 21,3 % du total des importations du pays sud-américain, pour 25 milliards de dollars. (AFP 11/10/13)

Alexandra Frutos