L’Ifsttar prépare la route de cinquième génération (1/2)

Acteur majeur de la recherche européenne sur la ville et les territoires, les transports et le génie civil, l’Ifsttar, Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux, est né le 1er janvier 2011 de la fusion de l’INRETS et du LCPC. L'Ifsttar est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle conjointe du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. L'Ifsttar explique qu’il « conduit des travaux de recherche finalisée et d’expertise dans les domaines des transports, des infrastructures, des risques naturels et de la ville pour améliorer les conditions de vie de nos concitoyens et plus largement favoriser un développement durable de nos sociétés ».

L’activité de recherche de l'Ifsttar est structurée autour de quatre axes issus de la stratégie scientifique à 10 ans : analyser et innover pour une mobilité durable et responsable ; construire, déconstruire, préserver, adapter les infrastructures de manière efficace et durable ; mieux prendre en compte le changement climatique, les risques naturels et les impacts environnementaux et sanitaires en milieu anthropisé ; penser et aménager les villes et les territoires durables : approches systémiques et multi-échelles.

A chaque époque, la route est vouée à se réinventer au rythme des innovations, des enjeux sociétaux et des exigences des usagers. L’Ifsttar a fait le point début janvier sur les avancées de son projet phare, la « Route de cinquième génération ». Résolument tournée vers le futur, cette route (R5G) se veut automatisée, sûre, durable et adaptée aux besoins de déplacement. Plusieurs équipes de chercheurs se mobilisent autour de cet objectif, partie prenante du projet européen Forever Open Road.

Alexandra Frutos