L'Association mondiale de l'acier prévoit une baisse de la demande mondiale d’acier de 1,7 % en 2015

La WSA (Association mondiale de l'acier) a annoncé le 12 octobre s'attendre à une chute de 1,7 % de la demande mondiale d'acier cette année, plombée par le recul de 3,5 % de la Chine, dont dépend la reprise modérée prévue en 2016. « Il est évident que l'industrie sidérurgique, à l'heure actuelle, est arrivée au bout d'un important cycle de croissance basé sur le développement rapide de l'économie chinoise », a expliqué Hans Jürgen Kerkhoff, président du comité économique de la WSA, cité dans un communiqué. Le secteur « fait face désormais à une croissance plus basse qui va se prolonger jusqu'à ce que d'autres régions en développement de taille et force suffisantes parviennent à produire un nouveau cycle de croissance », a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, l'association s'attend à un recul marqué de la demande mondiale d'acier de 1,7 % cette année, à 1,513 milliards de tonnes, en raison de la chute de la Chine de 3,5 % à 685,9 millions de tonnes. Le géant asiatique, qui pèse la moitié de la production mondiale, ne représente plus que 45 % de la demande mondiale. Cette situation incite les producteurs chinois, dont les capacités ont fortement augmenté ces dernières années pour satisfaire la croissance de l'économie chinoise, à écouler leur acier à l'étranger. Les investisseurs ont d'ailleurs sévèrement sanctionné en Bourse ces derniers mois les groupes sidérurgiques comme ArcelorMittal, qui font face sur leurs marchés à la concurrence croissante d'aciéristes chinois. Le directeur général du groupe, Aditya Mittal, avait prévenu la semaine dernière que les importations en Europe d'acier chinois avaient doublé depuis 2013.

La demande chinoise n'est pas la seule à reculer. La WSA constate que de « sévères contractions » en Russie et au Brésil, deux importants producteurs mondiaux. « Les tensions géopolitiques et l'instabilité politique au Proche-Orient, en Afrique et en Ukraine continuent d'avoir un effet négatif », souligne également l'association. Plus surprenant : le secteur s'attend à un recul de la demande américaine cette année, même si les « fondamentaux » de la première économie mondiale « continuent d'être solides ». En Europe, la croissance devrait s’établir à 1,3 % cette année.

Pour 2016, la WSA table sur une reprise « modérée » de la demande mondiale d'acier de 0,7 %. « Mais c'est en partant du principe que l'économie chinoise se stabilise », souligne M. Kerkhoff, qui se dit tout particulièrement préoccupé par « la vulnérabilité des économies émergentes aux chocs externes ». L'association s'attend à ce que la demande chinoise soit toujours négative en 2016, mais avec un léger recul de 2 %. Elle table toutefois sur un rebond des pays développés de 1,8 % l'an prochain. Sans la Chine, la demande mondiale d'acier devrait rester stable en 2016 (- 0,2 %). (AFP 12/10/15)

Alexandra Frutos