L’Afrique, eldorado potentiel pour voitures de luxe ; paradis des voitures volées (2/2)

Si les voitures de luxe sont de plus en plus visibles en Afrique, c'est aussi parce que des milliers de véhicules volés en Europe y sont acheminés chaque année, le continent africain étant une destination privilégiée de ce trafic.

Alors que 500 000 viotures ont été dérobées à leurs propriétaires sur le Vieux continent entre 2008 et 2011, dont la moitié a été retrouvée, "une bonne partie" a migré dans deux zones principales : la Russie et l'Afrique, selon Interpol.
D'après Sebastian Schmucker, en charge du trafic de véhicules pour Interpol, les voitures volées dans le nord de l'Europe sont généralement destinées au marché russe, tandis que celles volées dans le Sud partent traditionnellement en Afrique par voie maritime ou terrestre - via Gibraltar et Ceuta.

Les ports d'Afrique du sud, où l'on roule à gauche, reçoivent de leur côté les véhicules volés au Royaume-Uni. Tandis que l'Afrique de l'Est est plutôt destinataire de véhicules venant d'Asie. "Le vol à l'unité, juste parce que la voiture est belle, n'existe plus. Le trafic de véhicules fait partie du crime organisé, il a des liens avec le trafic de drogue, d'armes et même le terrorisme, qu'il finance. C'est relativement simple et le risque est faible", explique M. Schmucker.

A Abidjan, un bon connaisseur de ce marché explique les techniques employées par l'un des trafiquants, bien introduit auprès du pouvoir ivoirien, dans les années 2000-2010.
"Les acheteurs passaient commande d'une voiture, choisissaient la couleur des sièges, etc. Le marchand appelait ses équipes, qui épluchaient les petites annonces en France", raconte-t-il. "Ils se présentaient chez les vendeurs avec de faux chèques de banque. Dès le lendemain, les propriétaires, voyant leurs comptes crédités de plusieurs dizaines de milliers d'euros, cédaient leurs voitures". Le temps que les banques se rendent compte que le chèque était faux, les voitures étaient déjà arrivées à Abidjan par conteneur et immatriculées avec une nouvelle carte grise. "Les nouveaux propriétaires pensaient quant à eux avoir acheté des voitures d'occasion à bon prix. Ils ne savaient pas d'où elles venaient", poursuit M. Schmucker.

Si le nombre de vols a baissé ces dernières années, leur valeur s'est à l'inverse élevée. Les malfrats privilégient les voitures plus haut de gamme. Les 4X4 urbains sont "préférés en Afrique en raison de l'état des routes", constate-t-il. Selon Interpol, 160 voitures volées ont été retrouvées depuis 2009 en Afrique. En Allemagne, 18 500 voitures ont été volées en 2012, pour un montant évalué à 250 millions d'euros.

Juliette Rodrigues