L’Acea demande une norme d’émissions de CO2 plus réaliste pour les VUL

La commission Environnement du Parlement européen a adopté le projet de règlement fixant à 147 g de CO2/km la norme d’émissions des véhicules utilitaires légers à l’horizon 2020, et a introduit un objectif se situant entre 105 et 120 g/km pour 2025. Le chiffre définitif sera déterminé en 2017 après analyse de l’évolution des émissions de CO2 des VUL.

Les eurodéputés proposent d’aider les constructeurs à atteindre leurs objectifs d’émissions en leur allouant des super-crédits. Comme pour les véhicules particuliers, il s’agirait de permettre aux véhicules émettant moins de 50 g de CO2/km de bénéficier d’un coefficient multiplicateur dans le calcul des émissions moyennes des voitures vendues par le constructeur. Ce coefficient serait de 3,5 en 2014 et 2015, puis de 2,5 en 2016, 1,5 en 2017 et enfin de 1,3 entre 2018 et 2023. Les députés limiteraient néanmoins l’utilisation de ces super-crédits à 1 % des véhicules vendus.

L’Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles) demande une norme « plus réaliste » pour les émissions de CO2 des utilitaires, soulignant que l’objectif « extrêmement ambitieux » de 147 g/km ne pourrait être atteint qu’à l’aide des technologies hybrides et que les émissions moyennes de CO2 des VUL ont déjà baissé de 39 % entre 2007 et 2012. L’association demande au législateur européen de ne pas oublier que la réduction des émissions demande des investissements considérables et que l’industrie automobile doit maintenir sa compétitivité.

Les députés européens souhaitent par ailleurs limiter à 120 km/h la vitesse maximale des VUL, comme pour les poids lourds et les autobus. Pour y parvenir, ils demandent que les constructeurs équipent tous leurs nouveaux VUL d’un limiteur de vitesse dès le 1er janvier 2014. (ELMUNDO.ES 9/5/13, AUTOACTU.COM 13/5/13)

Alexandra Frutos