Jean-Dominique Senard (Michelin) commente l’évolution du marché mondial

Dans un entretien accordé au MONDE (29/7/15), le président de Michelin Jean-Dominique Senard explique que nous vivons actuellement un véritable retournement de situation par rapport au début de la décennie : « L’Europe et l’Amérique du Nord connaissent une croissance solide du marché de 3 % à 5 % sur le premier semestre, tandis que les autres zones, souvent appelées émergentes, comme l’Asie (hors Inde) ou l’Amérique du Sud affichent des baisses de 8 % à 20 % du marché ». Le marché chinois « est en hausse sur le semestre, mais pour la première fois en juin, nous avons observé une baisse du marché des pneus de première monte. Dans le poids lourd, le déphasage entre les continents est encore plus marqué, avec les marchés américain et européen en croissance de plus de 10 %, et les marchés émergents en chute de 20 % à 40 %, y compris la Chine », ajoute-t-il.

« Pour durer, Michelin doit maintenir sa compétitivité, multiplier ses innovations et assurer son lien avec ses clients en toutes circonstances. Nous construisons avec eux une relation spécifique. C’est tout le sens de l’acquisition en 2014 de Sascar, gestionnaire brésilien de flottes de poids lourds. Cette société gérait tous les aspects de flottes (géolocalisation, assurance, consommation de carburant, etc.) sauf les pneus. Désormais, elle gère également cet aspect. Sascar est aujourd’hui appelé à se mondialiser », explique par ailleurs M. Senard. « Pour cette raison, Michelin a récemment racheté Blackcircles et investi dans Allopneus, des sites de vente en ligne. Enfin, le digital va nous apporter de nouvelles opportunités, avec notamment nos sites et autres applications pour nos guides ou notre service de cartographie ViaMichelin. Derrière toutes ces initiatives, nous sommes en train de décloisonner l’entreprise en faisant converger nos activités. Créé au XIXème siècle, % Michelin entre dans le XXIème siècle grâce au digital. Leader dans le pneumatique, nous voulons devenir un leader mondial de la mobilité », conclut le dirigeant.

Alexandra Frutos