JDM automobiles (voitures sans permis) n'a pas trouvé de repreneur

La société JDM automobiles (voitures sans permis), basée à Cerizay (Deux-Sèvres), dont la liquidation a été prononcée en septembre, n'a pas trouvé de repreneur à la date-butoir du 17 octobre. Dominique Mocquard, président du groupe @l'1fini, qui avait repris JDM en octobre 2013 à BGI, alors propriétaire de l'ex-équipementier automobile Heuliez, a confirmé que les lettres de licenciement étaient parties pour les 32 salariés de JDM, qui étaient au chômage technique depuis août.

Placé en redressement judiciaire fin juillet, le constructeur de voiturettes, qui avait été transféré d'Avrillé, près d'Angers (Maine-et-Loire) à Cerizay en 2011 après son acquisition par BGI, s'était vu octroyer mi-septembre un mois de poursuite d'activité par le tribunal de commerce de Niort, qui avait prononcé sa liquidation. M. Mocquard a déploré que l'appel de JDM « n'ait pas été écouté » et de n'avoir pas reçu à temps de l'Etat une lettre de créances d'impôt qui aurait permis de régler fournisseurs et relancer la production.

JDM a produit quelque 40 000 voiturettes depuis 1981, dont 45 % ont été exportées. Le groupe visait cette année une production de 1 000 véhicules.

Après la fermeture en octobre 2013 d'Heuliez (283 salariés), qui a compté jusqu'a 3 000 salariés dans les années 2000, puis de Mia Electric (véhicules électriques, 209 salariés), dont le sort a été scellé fin juillet, c'est le troisième entreprise du secteur à fermer ses portes en un an sur le site des Deux-Sèvres, souligne l’AFP (18/10/14).

Alexandra Frutos