Hyundai affiche ses ambitions dans le haut de gamme (2/2)

Hyundai prévoit de proposer six modèles sous la marque Genesis d’ici à 2020. La marque sera lancée cette année avec deux modèles : la deuxième génération actuelle de la Genesis et une nouvelle version de l'Equus. Quatre nouveaux modèles suivront : une berline plus petite, qui est annoncée pour 2017, puis un coupé sportif et deux tout-terrain de loisir. Dans le cadre de son offensive dans le luxe, Hyundai a recruté Luc Donckerwolke, l’ancien responsable du style de Bentley, qui avait précédemment dirigé celui de Lamborghini et d'Audi. M. Donckerwolke travaillera sur les modèles Genesis à partir du début 2016.Les voitures de la nouvelle marque seront commercialisées initialement en Amérique du Nord, en Corée du Sud, en Chine et au Moyen-Orient. L’Europe et d’autres pays d’Asie suivront avec l’élargissement de l’offre.Afin de la différencier de Hyundai, Genesis aura sa propre identité, son propre logo, son propre système de dénomination et son propre service clientèle.Le logo en forme d’aile, présenté lors de l’annonce du lancement de la marque, est dérivé de celui utilisé sur l’actuelle Genesis.Le nom des modèles associera la lettre G, pour Genesis, et des chiffres qui identifieront leur segment. La Genesis va ainsi devenir la G80 et l’Equus la G90 (sur les marchés étrangers ; elle s'appelera EQ900 en Corée du Sud), tandis que la future berline sera dénommée G70. La marque proposera des véhicules puissants et respectueux de l'environnement, qui offriront un comportement routier et un style remarquables et seront dotées des dernières technologies en matière de sécurité, a indiqué Hyundai.Genesis ciblera une nouvelle génération d’acheteurs de voitures de luxe, qui accordent davantage d’importance à l’expérience personnelle et à la confiance en soi qu’à l’extravagance et à l’apparence. La nouvelle marque de Hyundai entend rivaliser avec les marques de luxe les plus réputées. La marque coréenne « deviendra un chef de file, grâce à notre stratégie de marque centrée sur l’humain », a déclaré M. Chung.

Frédérique Payneau