Honda mise sur une forte localisation de sa production pour rester compétitif

En 2003, lorsqu'il a atteint le cap historique des 3 millions de voitures produites, Honda vivait encore sur un mode de développement traditionnel, privilégiant une conception très centralisée et une forte dépendance par rapport à ses usines basées au Japon. Cette année-là, le groupe a assemblé 1,2 million de véhicules dans l'Archipel et en a exporté près de 500 000 unités.

Avec le rapide renchérissement du yen dans les années 2000 et l'explosion de la demande dans des pays émergents, le constructeur a dû revoir cette stratégie pour sauver ses marges et opter pour une localisation maximale de sa recherche et de sa production. En 2013, Honda n'a assemblé que 840 000 véhicules au Japon, sur une production totale de 4,3 millions d'unités, et ses exportations depuis ses usines japonaises n'ont atteint que 125 000 unités.

Takanobu Ito, président-directeur général de Honda, assure que Honda pourra, s'il accélère cette révolution, être en mesure d'écouler 6 millions de véhicules au cours de l'exercice fiscal qui s'achèvera en mars 2017. Pour affiner son offre aux demandes des différents marchés, le constructeur a défini six zones géographiques dans lesquelles ses équipes travaillent simultanément sur la finalisation des voitures qui seront lancées localement. Les modèles tels que la Fit ou l'Accord sont communs à l'ensemble du globe, mais leurs spécificités et certains de leurs composants évoluent en fonction des régions.

Le groupe, qui a élargi son réseau d'usines à l'étranger, tente de trouver localement de nouveaux fournisseurs. Il vient, par exemple, d'inaugurer un centre de recherche près de son usine de Sumare, au Brésil, afin d'identifier des fournisseurs potentiels et de définir les besoins locaux. Ils participeront à l'approvisionnement de la nouvelle usine que l'entreprise compte inaugurer en 2015 à 200 kilomètres au nord-ouest de São Paulo. Des équipes similaires ont été installées en Inde et en Thaïlande.

Avec cette réorganisation, Honda a fait émerger plusieurs bases d'exportation. En 2013, le groupe est même devenu pour la première fois un exportateur net de véhicules "made in USA". Il a en effet importé aux Etats-Unis l'an passé 88 537 véhicules, alors qu'il en a exoprté 108 705 fabriqués dans ses quatre usines américaines.

Juliette Rodrigues