Grenoble expérimente un service de véhicules électriques en autopartage

La communauté d'agglomération de Grenoble a présenté le 12 septembre un service expérimental de véhicules électriques en autopartage connecté au réseau de transports en commun, en partenariat avec Toyota et EDF. A partir du 1er octobre et pour une durée de trois ans, soixante-dix petits véhicules électriques Toyota seront disponibles dans 27 stations de Grenoble et des communes avoisinantes. Les véhicules, 35 Toyota COMS à quatre roues et 35 Toyota i-ROAD à trois roues, ont été présentés vendredi à l'essai. Au total, 161 points de recharge ont été installés sur le territoire de l'agglomération, dont 41 pour des véhicules électriques et hybrides classiques.

Moyennant un abonnement au service Cité lib (dont le prix varie de 0 à 15 euros par mois), les Grenoblois pourront emprunter ces véhicules en payant un tarif dégressif compris entre 3 euros et 1 euro par quart d'heure (2 euros pour les abonnés annuels au TER) à 19 euros pour 4 heures. « Ce n'est pas simplement le partage du véhicule, c'est aussi une connexion complète avec les autres modes de transport et la possibilité de réserver », a expliqué Didier Leroy, président de Toyota Europe, en évoquant une « expérimentation unique au monde ».

La réservation des véhicules se fera via une application sur smartphone ou tablette. Les usagers des transports en commun bénéficieront de tarifs préférentiels et les véhicules électriques seront intégrés dans l'outil de planification de trajets élaboré par la société de transports en commun de l'agglomération. « C'est une expérimentation grandeur nature. On n'a pas, pour l'instant, de plan pour l'étendre à d'autres villes, mais ça ne veut pas dire qu'on ne le fera pas », a commenté Jean-Yves Jault, responsable de la communication de Toyota Motor Europe. (AFP 12/9/14)

Alexandra Frutos