General Motors emploie peu d'ingénieurs dans la Silicon Valley

Alors que les voitures sont en passe de devenir des « ordinateurs autonomes sur roues », nombre de constructeurs renforcent leur présence dans la Silicon Valley.Ce n'est pas le cas de General Motors. Le constructeur emploie moins de dix personnes dans un bureau à Palo Alto, qu'il a ouvert en 2007 et qui assure une veille technologique. Il est toutefois bien informé des nouvelles technologies qui émergent, grâce à sa filiale spécialisée dans le capital-risque GM Ventures, qui a investi dans une vingtaine de jeunes pousses depuis sa création il y a cinq ans. General Motors juge plus efficace de nouer des partenariats pour avoir accès aux technologies que d'affecter des ingénieurs en Californie, explique Dan Flores, porte-parole du constructeur. « Ce qui est important, c'est d'avoir accès aux idées, aux technologies et aux petites startups », explique M. Flores. « Nous ne voulons pas détenir ces sociétés et les gérer. Nous voulons les aider afin de pouvoir un jour devenir leur premier client », ajoute-t-il. (AUTOMOTIVE NEWS 19/10/15)

Frédérique Payneau