General Motors a dégagé un bénéfice net de 1,1 milliard de dollars, en forte hausse, au deuxième trimestre

General Motors a annoncé pour le deuxième trimestre un bénéfice net de 1,1 milliard de dollars, à comparer avec un bénéfice de 190 millions sur la période correspondante de 2014 qui avait été affectée par de lourdes charges liées notamment à la crise des rappels. Son chiffre d’affaires a reculé de 3,5 %, à 38,2 milliards de dollars, en raison principalement d’effets de change négatifs. Le constructeur a passé dans ses comptes du trimestre des charges d'un montant total de 1,1 milliard de dollars, dont une charge de 600 millions de dollars liée à la dévaluation de la devise vénézuélienne, une autre de 400 millions pour des dépréciations d'actifs en Thaïlande et une troisième de 100 millions pour les indemnisations des victimes dans l'affaire des commutateurs d'allumage défectueux montés des voitures qu'il a rappelées l'an dernier. Par régions, General Motors a doublé son bénéfice en Amérique du Nord au deuxième trimestre, à 2,8 milliards de dollars. Il a ramené sa perte en Europe de 305 à 45 millions de dollars, malgré la crise persistante en Russie, mais sa perte en Amérique du Sud s'est creusée, passant de 81 à 144 millions de dollars. Le bénéfice de la division GMIO, qui inclut la Chine, la Corée, l'Inde et quelques autres pays émergents, a augmenté de 11 %, à 349 millions de dollars. « Les deux premiers trimestres ont été solides, car nous avons pleinement capitalisé sur la robustesse de l'industrie en Amérique du Nord et consolidé notre position en Chine, en dépit de conditions difficiles sur ce marché », a indiqué la directrice générale de General Motors Mary Barra. «Nous pensons que nos résultats au second semestre seront encore meilleurs que ceux des six premiers mois », a ajouté Mme Barra. (DETROIT NEWS, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE, AFP 23/7/15, TRIBUNE.FR 24/7/15, COMMUNIQUE GENERAL MOTORS)

Frédérique Payneau