General Motors : Mary Barra va prendre les rênes d'un constructeur transformé et prospère (2/2)

Mme Barra héritera d’une entreprise plus forte qu’elle ne l’a été depuis des décennies, de nouveau entièrement privée, affichant un bilan solide, rentable malgré des difficultés persistantes en Europe, et offrant des produits de qualité qui rencontrent le succès. General Motors « est de nouveau une grande entreprise », s’est félicité M. Akerson, devant plusieurs centaines de salariés de l’entreprise.

Les trois années de M. Akerson aux manettes de General Motors ont été placées sous le signe du changement. « Ce sera difficile d’arrêter le changement. Il fait désormais partie de notre ADN. L’une des raisons pour lesquelles l’entreprise a fait faillite, c'est parce qu’elle n’a pas compris qu’elle devait changer », a déclaré récemment le président sortant au Detroit News. La procédure de faillite avait permis à GM de réduire ses coûts de main-d’?uvre et son endettement, d’éliminer ses marques faibles et de rationaliser son réseau. Pendant son mandat, M. Akerson s’est efforcé de réduire la bureaucratie et la complexité qui entravaient le constructeur et de réparer ses marques. Il a rapproché le développement et les achats, centralisé les fonctions informatiques, rationalisé le nombre de plateformes et développé le partage de modules et de pièces, et investi sans relâche dans le produit. Mme Barra devra achever la mue du constructeur et définir une vision pour l’avenir.

Sous la direction de M. Akerson, General Motors a cumulé quinze trimestres consécutifs de bénéfices ; il a fait son retour en Bourse en novembre 2010, a réintégré l’indice boursier S&P 500 et a été sorti l'an dernier de la catégorie des investissements à risque par l’agence de notation Moody?s. Le constructeur dégage de solides profits en Amérique du Nord, où il bénéficie d’une gamme rajeunie et accumule les récompenses (les Chevrolet Impala et Silverado ont été désignés respectivement meilleure berline et meilleur pick-up par Consumer Reports en 2013, et la Cadillac CTS Voiture de l’Année 2014 par Motor Trend. GM a en outre occupé la 1ère place dans une enquête de qualité récente de J.D. Power ? une première en 27 ans). Il a investi 8,8 milliards de dollars et créé ou sauvegardé 25 500 emplois dans ses usines américaines depuis 2009. En Europe, Opel amorce un redressement et devrait dégager à nouveau des bénéfices d’ici au milieu de la décennie. Et la Chine, où la marque Buick est un symbole de réussite, est désormais le premier marché de l’entreprise. « Mes objectifs en tant que directeur général étaient de placer le client au c’ur de toutes nos décisions, de positionner l’entreprise pour qu’elle rencontre le succès sur le long terme et qu’elle puisse à nouveau faire la fierté de l’Amérique. Nous sommes bien engagés dans cette voie et je suis certain que notre nouvelle équipe continuera dans cette direction », a déclaré M. Akerson.

Frédérique Payneau