Frost & Sullivan optimiste pour l’avenir des véhicules électriques en Europe

Dans une étude intitulée « Strategic Technology and Market Analysis of Electric Vehicule Charging Infrastructure in Europe », le cabinet d’études Frost & Sullivan se montre très optimiste concernant le marché des véhicules électriques en Europe, qui serait selon lui en passe de devenir autonome et de ne plus dépendre des subventions ou des incitations publiques.

Ce phénomène s’expliquerait par le nombre croissant d’acteurs verticaux sur ce marché qui, en adoptant directement ou en favorisant d’une manière ou d’une autre les V.E., lui permettraient de grandir. Et selon un cercle vertueux, cette expansion influerait directement sur la branche domestique de ce marché. D’après l’enquête, le nombre de bornes de recharge devrait ainsi passer de 7 250 d’unités en 2012 à 3,1 millions en 2019, avec un taux de croissance annuel estimé à 113 %.

Un développement indispensable dans la mesure où l’accès aux stations de recharge est un facteur déterminant pour l’achat d’un véhicule électrique. Pour mener à bien la croissance du réseau de bornes, Frost & Sullivan cible quatre pays ? la France, l’Allemagne, la Norvège et le Royaume-Uni ? qui devraient tirer le marché vers le haut grâce à un taux d’adoption déjà plus important que la moyenne à l’heure actuelle.

L’étude démontre que seuls deux éléments pourraient altérer cette vision optimiste du marché. Le premier est d’ordre technique et concerne l’incapacité des véhicules électriques à couvrir une grande distance en une seule charge. La solution pourrait venir d’une régénération par courant alternatif permettant une recharge en deux à trois heures. L’autre élément porte directement sur les acteurs du V.E. Pour Frost & Sullivan, ces derniers se doivent d’adopter dans les plus brefs délais un « modèle d’affaires standardisé » pour enclencher une dynamique encore plus positive. (JOURNALAUTO.COM 6/6/13)

Alexandra Frutos