Formule 1 de demain : encore plus connectée et en partie autonome


Dans le cadre du salon de Shanghai, Renault vient de dévoiler le concept R.S 2027 Vision. C’est une étude de style qui préfigure ce que pourrait être la Formule 1 dans dix ans, avec plus d’énergie d’origine électrique et 4 roues motrices. Cet exercice vise d’une part à célébrer les 40 ans de Renault en F1 et d’autre part à illustrer les passerelles entre la compétition et la série.

Le transfert peut se faire dans les deux sens, en particulier pour la connectivité et les aides à la conduite.

Ainsi, la F1 de demain sera encore plus connectée, grâce à des technologies que Renault s’apprête à déployer à titre expérimental dans le cadre du projet SCOOP@F en France, avec des véhicules capables de dialoguer entre eux et avec l’infrastructure. En intégrant une communication de type V2V à bord de la monoplaces, il sera possible d’échanger des données avec les autres voitures en course, afin que chacune ait à sa disposition l’emplacement des concurrents sur la piste ou dans les stands. Cela permet d’éviter des collisions dans la pit-lane et sur le circuit. Ce dispositif serait complété par la communication de type V2X pour relier la voiture avec les infrastructures du circuit. Le pilote verrait alors s'afficher directement sur l’écran numérique du volant des consignes données par la direction de course (drapeaux jaunes, drapeaux bleus, etc.). Et cela, de la même manière que demain le conducteur d’une Renault pourra prendre connaissance d’un danger potentiel à l’approche d’un virage.

Dans la vision de Renault, les fans pourront accéder via Internet à une partie des données de télémétrie que la voiture transmet en temps réel avec son écurie. Ils pourront aussi échanger avec leur pilote favori. Ainsi, l’écran numérique placé au centre du volant indiquera au pilote sa position au « fan rank », un classement établi via les réseaux sociaux par les spectateurs (c'est l'équivalent du "fan boost" de la Formule E). Le pilote le plus méritant en piste serait récompensé d’un boost de puissance supplémentaire dans les derniers tours.

Plus étonnant : la conduite autonome a également été prévue alors que les pilotes sont censés faire la différence en piste par leur seul talent. Oui, mais voilà? Les F1 du futur intègreront une délégation de pilotage, qui s’activera automatiquement lors d’incidents de courses (safety car, virtual safety car, drapeau jaune, etc.). La circulation « en peloton » et ses restrictions (interdiction des dépassements, vitesse limitée, etc.) seront alors gérées par la monoplace afin de limiter les risques de suraccident et de garantir la sécurité des pilotes et des commissaires.
Tout cela est censé arrivé d’ici 2027 en F1 et sans doute avant dans le véhicule de série.

Laurent Meillaud{pour le CCFA}

Olivier