Faurecia vise un chiffre d’affaires de plus de 21 milliards d'euros en 2016

Après avoir enregistré une croissance extrêmement rapide de 2010 à 2012, « au second semestre de 2013 notre croissance a marqué un plateau et cela va probablement se poursuivre début 2014 », indique le président de Faurecia Yann Delabrière dans un entretien accordé aux ECHOS (25/11/13). Il explique cette situation par le fait que les clients du groupe en Amérique du nord se trouvent dans une phase de renouvellement de leurs modèles. Faurecia a également mis en place une politique « plus sélective » lors de la prise de nouveaux contrats, qui peut l'amener à refuser des commandes insuffisamment rentables. « Il faut bien avoir en tête que nous avons pratiquement doublé de taille entre 2009 et 2013. Nous devrions réaliser cette année autour de 18 milliards d’euros de chiffre d’affaires, contre à peine plus de 9 milliards il y a quatre ans », souligne-t-il.

Faurecia, qui organise par ailleurs aujourd’hui une journée investisseurs, doit annoncer un objectif de chiffre d'affaires de 21 milliards d'euros pour 2016. La filiale de PSA Peugeot Citroën vise également à cet horizon une marge opérationnelle située entre 4,5 % et 5 % du chiffre d'affaires, et un flux net de trésorerie de 300 millions d'euros.

M. Delabrière explique que l'Asie va rester une priorité pour le groupe, qui compte bien y maintenir une croissance annuelle « supérieure à 20 % ». L’Asie devrait représenter, en 2016, 17 % du chiffre d'affaires du groupe, contre 12 % aujourd'hui. En Chine, le chiffre d'affaires de Faurecia devrait doubler pour atteindre 3,3 milliards d'euros (15 % du chiffre d'affaires total du groupe). L'activité réalisée avec des constructeurs asiatiques tels que Hyundai et Nissan devrait également croître.

Faurecia souhaite en outre s'appuyer sur une accélération technologique, en particulier pour des véhicules plus économes et moins polluants, et sur une prédominance des plateformes mondiales, évoquant notamment une globalisation de la fonction recherche et développement.

Au terme de son plan, l'Europe devrait représenter 50 % du chiffre d'affaires de Faurecia, et le continent américain, 33 %. (AFP 25/11/13)

Alexandra Frutos