Faurecia va réorganiser plusieurs sites français

Faurecia a annoncé le 10 juillet la réorganisation de plusieurs sites français, avec notamment l'arrêt d'activités à Bains-sur-Oust (Ille-et-Vilaine) et une baisse progressive de voilure à Evreux (Eure). Cette réorganisation devrait se traduire par la suppression de 34 postes permanents sur un effectif total de 416 personnes.

L’équipementier a évoqué un « contexte durable de baisse des volumes générant des surcapacités de production » pour expliquer l'arrêt des activités d'injection et de peinture de pare-chocs de Bains-sur-Oust. Elles seront transférées sur les sites de Marles les Mines (Pas-de-Calais) et Marines (Val d'Oise), pour « optimiser les équipements au niveau France » et « préserver la compétitivité ». Les activités planches de bord et panneaux de porte sont également affectées par la baisse des volumes de production, souligne le groupe.

Afin de limiter l'impact de cette situation sur les emplois à Bains-sur-Oust, le groupe a l'intention d'y transférer la production de matériaux textiles aux propriétés acoustiques destinés à l’usine PSA de Rennes, actuellement réalisée à Evreux.

Faurecia a présenté en parallèle un projet de réindustrialisation du site d'Evreux par le biais d'un « projet de partenariat » avec la société Terranere, qui fabrique des pièces pour cycles commercialisées sous la marque Ixow. En vertu de ce partenariat, le site d'Evreux va accueillir une activité d'assemblage de composants pour cycles dont le démarrage progressif est prévu pour la fin de cette année, avec l’objectif de créer 50 emplois d'ici à fin 2014 et 180 à horizon 2016.

Ces créations d'emplois « devraient permettre le reclassement, à terme, de l'ensemble des 96 salariés Faurecia » à Evreux, a souligné le groupe. « A terme, Faurecia n'aura plus aucune production sur ce site », a expliqué un porte-parole à l'AFP (1/7/13), précisant que l'échéance dépendrait du carnet de commandes. « Le projet présenté aujourd'hui n'est pas un projet de cession d'activité, ni de vente, mais un projet de réindustrialisation du site », a-t-il déclaré.

Alexandra Frutos