Faurecia a multiplié par deux son bénéfice net au premier semestre

Faurecia a multiplié par deux son bénéfice net au premier semestre de 2015, à 157 millions d'euros. Aidée par le dynamisme de ses ventes en Europe et par un très fort effet de change aux Etats-Unis, la filiale de PSA Peugeot Citroën a réalisé un chiffre d'affaires de 10,5 milliards d'euros sur six mois, en hausse de 12,6 % (+ 6,3 % à taux de change et périmètres constants). L'équipementier précise avoir bénéficié d'un « impact positif des devises de 788 millions d'euros », notamment aux Etats-Unis, qui a dopé la progression du chiffre d'affaires de 8,4 points.

Une harmonisation comptable dans la branche des monolithes (composants utilisés dans les catalyseurs d'échappement) explique par ailleurs un impact négatif de 198 millions d'euros (- 2,1 points) sur les comptes.

En Europe, région où les effets de change n'ont que peu d'impact sur le chiffre d'affaires, la société a vu son activité progresser de 9,3 %, alors qu'elle réalise plus de la moitié de ses ventes dans cette zone. Ces résultats « surpassent largement l'évolution de la production automobile, qui est de 2,2 % » sur le Vieux continent au premier semestre, souligne Faurecia.

En Amérique du Nord, l'entreprise indique avoir également fait mieux que le marché, avec des ventes en hausse de 2,6 % à changes constants, alors que la production automobile a crû de 2 %. Dans cette région où elle réalise le quart de son activité mondiale, Faurecia a bénéficié d'un très important effet de change, puisqu'en données publiées, la progression des ventes est de 25,9 %. La baisse de l'euro par rapport au dollar a fait tomber 517 millions d'euros supplémentaires dans l'escarcelle de la société.

Même effet de change positif en Asie, où Faurecia réalise quelque 15 % de ses ventes mondiales : l'activité a crû de 9,2 % en données publiées et de 4,4 % à changes constants. C'est dans cette zone géographique que Faurecia obtient la meilleure rentabilité, avec 9,6 % de marge opérationnelle, contre 3,9 % en Europe et 2,8 % en Amérique du Nord.

La seule région en recul est l'Amérique du Sud, où les deux grands pays producteurs de véhicules, le Brésil et l'Argentine, traversent des crises économique et monétaire. Alors que la production automobile y a baissé de 15,9 % au premier semestre, Faurecia a apparemment limité les dégâts puisque ses ventes ont chuté de 7 % à changes constants (- 8,9 % en publié).

Faurecia, qui produit notamment des sièges, des tableaux de bord, des pare-chocs et des systèmes de dépollution, a indiqué avoir réalisé une marge opérationnelle de 424 millions d'euros (+ 40 %) au premier semestre, soit « 4% du chiffre d'affaires total, contre 3,2 % en 2014 ».

Le bénéfice net a progressé précisément de 96 %. Faurecia a en outre indiqué avoir réduit son endettement net de 258 millions d'euros en six mois, à 1,13 milliard d'euros au 30 juin. « Compte tenu d'un premier semestre très positif et d'un contexte favorable pour le second semestre », la société a indiqué qu'elle « devrait atteindre dès le second semestre 2015 ses objectifs de rentabilité fixés pour 2016 », à savoir « une marge opérationnelle comprise entre 4,5 % et 5 % ».

Faurecia a également révisé à la hausse son objectif de flux de trésorerie net pour 2015, estimant qu'il serait « supérieur à 200 millions d'euros », alors qu'il le prévoyait supérieur à 100 millions précédemment. Ce « cash flow net » a atteint 310 millions d'euros au premier semestre.

L'entreprise n'a pas modifié son objectif de chiffre d'affaires pour 2015, « en hausse aux alentours de 5 % à données comparables ». (AFP 24/7/15)

Alexandra Frutos