Faurecia a atteint ses objectifs en 2013

Faurecia a dégagé un bénéfice net en chute de 38 % l’an dernier, à 88 millions d'euros, plombé par des coûts de restructuration et une charge de sa dette plus élevés qu'en 2012. Il a toutefois rempli les objectifs qu'il s'était fixés pour 2013, en réalisant un chiffre d'affaires en hausse de 3,8 %, à 18,03 milliards d'euros, une marge opérationnelle de 3 %, à 538 millions d'euros, et un flux de trésorerie net de 144 millions.

Le recul du bénéfice net s'explique principalement par « les frais de restructuration, qui s'élèvent à 91 millions d'euros (contre 84 millions d'euros en 2012), dans le cadre du programme de réduction des coûts fixes en Europe lancé fin 2012 », explique Faurecia dans un communiqué. Le groupe avait prévu de supprimer environ 1 500 emplois en Europe de l'Ouest l'an dernier. Il a aussi souffert de « charges financières nettes qui atteignent 188 millions d'euros (contre 165 millions d'euros en 2012), en raison d'une dette nette moyenne plus élevée ». Faurecia assure toutefois que ces charges devraient baisser de 15 millions d'euros en 2014.

L’an dernier, les ventes de Faurecia ont été tirées par l'Asie et le continent américain. Il réalise à présent 46 % de son chiffre d'affaires hors d'Europe. Parmi ses quatre activités - technologies de contrôle des émissions, sièges, systèmes d'intérieur et extérieurs d'automobiles -, c'est la première qui a connu la plus forte progression.

Pour 2014, la filiale de PSA Peugeot Citroën vise une hausse de son chiffre d'affaires comprise entre 2 % et 4 % à taux de change constants, « une progression de sa marge opérationnelle entre 20 et 50 points de base » et un flux de trésorerie net positif.

Au titre de l'exercice écoulé, Faurecia prévoit par ailleurs le versement d'un dividende de 30 centimes d’euro par action. Il avait renoncé à en verser un au titre de 2012. (AFP 12/2/14)

Alexandra Frutos