FCA boucle une année 2014 "historique" et promet mieux en 2015

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a bouclé une année 2014 "historique", marquée par l'achèvement de sa fusion et par son entrée à la Bourse de New York, et a promis de faire encore mieux en 2015.

"2014 a été une année historique pour nous : elle nous a permis de rassembler tous les éléments pour créer FCA, le septième constructeur mondial, d'opérer de manière unifiée, d'être coté à New York et de réaliser de nombreux projets en cours depuis plusieurs années", a indiqué le patron du groupe Sergio Marchionne lors de la présentation des résultats. L'année qui vient de débuter devrait permettre "des chiffres dans le vert dans toutes les régions" où opère le groupe, a-t-il ajouté.

FCA indique tabler pour 2015 sur un bénéfice net de 1-1,2 milliard d'euros, en forte hausse par rapport à celui de l'année 2014 (632 millions d'euros). Le groupe mise en outre sur un chiffre d'affaires de l'ordre de 108 milliards d'euros et sur des ventes de 4,8 à 5 millions d'unités.

"C'est une année où sont arrivés à maturité, entre 2014 et 2015, de nombreux projets de relance industrielle, de portefeuille de produits et d'innovation dans la gouvernance. Le marché évalue très positivement l'entreprise", explique Matteo Caroli, professeur d'économie et de management international à l'Université Luiss de Rome.

FCA fait partie des entreprises européennes bénéficiant à la fois de la baisse de l'euro et de celle du pétrole, qui favorise les ventes de véhicules gourmands en carburant tels que les 4X4 et les pick-ups.

FCA a en outre récemment annoncé la création de 1 500 postes de travail dans son usine de Melfi en Italie afin de faire face à une forte demande pour ses modèles Jeep Renegade et Fiat 500X. La 500X, version crossover de la petite citadine Fiat 500, semble bien partie en Italie, où les concessionnaires ont reçu ce week-end des dizaines de milliers de visiteurs lors des journées portes ouvertes.

"Pour l'Europe, il y a pour 2015 un optimisme modéré lié à la politique monétaire de la BCE, qui devrait donner une impulsion à la reprise, celle du marché intérieur aussi, et c'est une grande opportunité pour FCA", souligne le professeur Caroli.

L'année 2015 sera en outre marquée par la séparation et l'entrée en Bourse de sa prestigieuse marque Ferrari et par la relance des marques haut de gamme Maserati et Alfa Romeo. La cotation en Bourse de 10 % du capital de Ferrari devrait contribuer au financement de l'ambitieux plan de développement sur cinq ans de FCA (quelque 48 milliards d'euros annoncés au printemps dernier). Ce plan prévoit notamment des ventes mondiales de 7 millions d'unités par an à terme (contre 4,6 millions en 2014).

M. Caroli estime par ailleurs "peu probable" une nouvelle fusion impliquant FCA. "C'est un groupe déjà bien structuré, qui a plus à gagner en croissant de manière interne via la valorisation des petites marques (Alfa Romeo, Maserati, Ferrari), qui ont encore un potentiel de croissance notable". (AFP, IL SOLE-24 ORE 28/1/15, ECHOS 29/1/15)

Juliette Rodrigues