Eon Motors compte vendre 3 000 véhicules électriques sans permis à l'horizon 2017

Eon Motors compte vendre 3 000 Weez à l'horizon 2017, ce qui représenterait 8 % du marché des véhicules électriques sans permis.

Initié en 2010, le projet attend une levée de fonds de 1,5 million d'euros d'ici à 2014, afin d'en lancer l'industrialisation. La société possède une usine de 500 m² en Tunisie, avec une capacité de 30 unités par mois, et se reposera sur un site à Malijai (Alpes-de-Haute-Provence), où elle assurera l'assemblage final dès 2014.

Le Weez est un véhicule léger, équipé de quatre moteurs-roues et d'une batterie lithium fer phosphate rechargeable en trois heures trente sur une prise secteur classique. Avec une vitesse maximale de 45 km/h et une autonomie de 60 km, calculée sur une moyenne de 30km/h, Eon Motors a ciblé un usage et un public précis. « Ses trois places et son coffre de 500 litres plairont aux jeunes comme aux mères de famille, en milieu urbain. Nous nous positionnons sur un marché des déplacements de proximité, avec un véhicule proposé à 8 990 euros, batteries incluses », indique Denis Mergin, président de l’entreprise.

Pour commercialiser le Weez, quadricycle léger non éligible au bonus écologique gouvernemental, Eon Motors compte s’appuyer sur des partenaires à l'image du groupe Mobivia, avec ses enseignes de réparation rapide ou son concept Altermove dédié à la mobilité douce. « L'acheteur potentiel verse un acompte en ligne, et finalise son achat en magasin. Nous signerons des accords-cadres avec ces partenaires. L'avantage sera pour nous de profiter de leur maillage, et pour eux, à terme, de recevoir une nouvelle clientèle », imagine M. Mergin. (JOURNALAUTO.COM 25/9/13)

Alexandra Frutos