Detroit n'est plus que symboliquement « Motor City » (2/2)

Depuis leur sauvetage par le gouvernement en 2009, General Motors et Chrysler se sont engagés à produire des véhicules sur le long terme à Detroit. Chrysler a ajouté deux équipes dans son usine très rentable de Jefferson North et y a récemment mis en fabrication une nouvelle version du Jeep Grand Cherokee. General Motors a affecté la fabrication de la Chevrolet Volt et d’autres modèles à son usine d’assemblage pour assurer son activité dans les années à venir. Les deux constructeurs emploient toutefois moins de 10 000 cols bleus et blancs à Detroit et moins de la moitié de ces salariés résident dans la ville. Ford n’a pas pour sa part fabriqué de voitures à Detroit depuis le début du 20ème siècle. Et son immense usine de Highland Park située à proximité, qui fabriquait auparavant la Model T, n’est plus en activité depuis environ 40 ans. Bien qu’il ait son siège dans la ville voisine de Dearborn, Ford a accru ses actions caritatives à Detroit en vue de remédier au déclin de la première ville du Michigan. « Chaque fois que Detroit est présentée de façon négative au niveau national, c’est mauvais pour toute notre région. C’est mauvais pour le moral. C’est mauvais pour le recrutement », a déclaré William Ford, président du constructeur.

Il y a toutefois peu de chance qu’un des trois constructeurs implante une nouvelle usine à Detroit. Les Trois de Detroit sont de plus en plus mondialisés et investissent dans des usines en Chine et dans d’autres marchés en croissance. Après avoir réduit leurs surcapacités aux Etats-Unis au prix de drastiques restructurations, ils sont en outre peu enclins à implanter de nouvelles usines. Ils augmentent leur production en ajoutant des équipes dans leurs usines existantes.

Les dirigeants de General Motors se félicitent d’avoir pu sauver l’usine de Detroit-Hamtramck lorsque le constructeur était en faillite. « Nous y fabriquons encore un nombre significatif de voitures et nous avons des engagements », a indiqué Mark Reuss, responsable des activités de GM en Amérique du Nord. M. Reuss avait rejoint le constructeur en 1987, lorsque celui-ci fermait ses usines de Fleetwood et Clark Street à Detroit qui employaient à elles deux plus de 10 000 salariés.

Si les constructeurs sont peu susceptibles de créer de nombreux emplois, ils s’efforcent de soutenir la ville de Detroit en organisant des événements et en menant des actions pour lui venir en aide. Ils ont par exemple donné des voitures pour la Police et des ambulances. Ford a fait un don de 10 millions de dollars en décembre dernier. General Motors a parrainé des projets d'emplois d’été pour les jeunes et a donné des millions pour soutenir le système éducatif public. Dan Akerson, président du constructeur, a fait un don personnel de 1 million de dollars pour financer la construction et la rénovation de logements. La marque Chevrolet a également apporté un soutien crucial au Grand Prix de Detroit qui a attiré beaucoup de monde cet été. Au printemps dernier, M. Reuss a par ailleurs réuni plus de 600 personnes à Detroit-Hamtramck afin de lever des fonds pour le Karmanos Cancer Institute de la ville de Detroit.

Frédérique Payneau