Des ouvriers d'AvtoVAZ menacent de se mettre en grève

Plusieurs centaines d'ouvriers de l'usine du premier constructeur d’automobiles russe AvtoVAZ, contrôlé par Renault-Nissan, ont manifesté le 14 décembre contre les suppressions de postes « massives » en cours et menacé de se mettre en grève, a-t-on appris de source syndicale. Le rassemblement, qui a eu lieu à la mi-journée à Togliatti, a rassemblé « environ 600 personnes », a indiqué à l'AFP (14/12/14) Piotr Zolotarev, président du syndicat Edinstvo (Unité). « Les participants ont exigé la fin des suppressions massives de postes, une augmentation des salaires, et décidé de commencer à se préparer à la grève », a expliqué le responsable syndical.

Entré en fonctions au début de l'année, le directeur général d'AvtoVAZ Bo Andersson a décidé d'accélérer les baisses d'effectifs en cours depuis plusieurs années pour restaurer la rentabilité. Le groupe, dont Renault-Nissan a pris le contrôle en juin dernier, subit en effet de plein fouet les effets des difficultés économiques de la Russie, accentuées par les sanctions contre Moscou à cause de la crise ukrainienne. Il a vu ses ventes plonger de 16 % sur les onze premiers mois de 2014.

D’après M. Zolotarev, les effectifs ont baissé de 13 000 postes cette année et se situent désormais autour de 51 000 personnes.

Le 12 décembre, M. Andersson a annoncé le versement de primes exceptionnelles pour tous les employés pour un total de 290 millions de roubles (4 millions d'euros).

Alexandra Frutos