De nombreux défis à relever pour l’automobile dans un marché mondial à deux vitesses (1/2)

Euler Hermes, leader mondial de l’assurance-crédit, a publié en septembre sa dernière étude sur le secteur automobile. Il établit des prévisions de croissance des ventes, mesurées par les immatriculations, pour les années 2016 et 2017, et expose les différents défis du marché de l’automobile.
Le marché automobile mondial est resté divisé en 2016, avec d’un côté l’Europe, la Chine et les Etats-Unis, qui connaissent une croissance forte du nombre d’immatriculations, et de l’autre l’Inde, qui fait du sur-place, le Japon, qui patine, et la Russie et le Brésil, qui continuent leur chute vertigineuse. Les politiques publiques (incitations fiscales, politique monétaires, risques politiques) dicteront les dynamiques de nombreux marchés.

Malgré de bons résultats, les constructeurs sont pris en étau entre ralentissement de la production (+ 2 % en 2016 et + 1 % en 2017) et besoins colossaux en investissements pour un futur décarboné et autonome.

Le marché automobile français confirme son redressement à + 6% en 2016, après avoir enregistré une hausse de 7 % en 2015. Euler Hermes anticipe 2,1 millions d’unités vendues et + 3 % de croissance en 2017. Le Brexit est un risque non négligeable pour la production française.

En 2016, les aléas économiques et politiques des pays émergents impactent directement le marché automobile. « La chute continue des marchés brésilien (- 19 % en 2016) et russe (- 11 %) est violente : les immatriculations y ont été divisées par deux en moins de quatre ans. Contre choc pétrolier, crise de financement et aléas politiques coutent cher à la Russie et au Brésil, toujours en récession, tout comme leurs marchés automobiles », explique Ludovic Subran, chef économiste de l’assureur-crédit.

Alexandra Frutos