Cooper Standard France envisage de céder son site historique de Rennes

Cooper Standard France, détenu à 51 % par le groupe éponyme américain et à 49 % par le FMEA (Fonds de Modernisation des Equipementiers Automobiles), envisage de céder son site historique rennais de la barre Thomas, qui emploie 900 salariés alors que l’usine est configurée pour en accueillir 2 200. Une décision devrait être prise en juin. En cas de cession, une partie des 20 à 30 millions d’euros qui seraient obtenus pourrait être investie dans une nouvelle usine à construire en périphérie de Rennes. Une autre option consisterait à concentrer tout ou partie des productions de pièces en caoutchouc de Cooper Standard France dans une autre unité située à Vitré (Ile-et-Vilaine), où travaillent 700 personnes. Ce choix supposerait un transfert des activités rennaises et le renforcement du site polonais de Czestochowa (650 salariés). Ce deuxième scénario est toutefois peu probable, estiment LES ECHOS (9/4/13), comme le troisième, qui consisterait à fermer l’usine de Vitré pour renforcer celle de Rennes. « Quelle que soit l’option choisie, les effectifs resteront stables, il n’y aura pas de licenciement », a déclaré la direction de l’équipementier.

Alexandra Frutos