Contact entre PSA et des hauts responsables iraniens pour évoquer l'éventuel retour du constructeur en Iran

Le 3 octobre, le président de PSA Peugeot Citroën Carlos Tavares et le directeur Moyen-Orient et Afrique de PSA, Jean-Christophe Quémard, ont rencontré le vice-ministre iranien de l'Industrie Mohsen Salehinia et le président du groupe automobile Iran Khodro, Hachem Yeke Zare, en marge des journées professionnelles du Mondial de l'Automobile, a indiqué un porte-parole du constructeur français. « Ils ont examiné ensemble les perspectives d'une coopération stratégique basée sur l'implantation d'une joint venture en Iran, dans l'hypothèse d'une issue favorable des négociations internationales », a-t-il ajouté.

Peugeot, présent en Iran depuis les années 1990, a quitté son deuxième marché en volume au printemps 2012 après l'annonce de nouvelles sanctions occidentales contre Téhéran. La marque au lion avait vendu l'année précédente 458 000 véhicules en Iran et son retrait avait provoqué un manque à gagner d'une centaine de millions d'euros entre les résultats de 2011 et ceux de 2012.

L'Iran, qui compte une population de 77 millions d'habitants, représente un important marché pour le secteur automobile. Le pays compte développer la production locale, passée de 1,6 million de véhicules en 2011 à environ 800 000 en 2013 en raison des sanctions. L'objectif est d'atteindre en quelques années les 2 millions d'unités. (AFP 3/10/14)

Alexandra Frutos