Constellium a investi près d'un milliard d'euros en trois ans dans ses usines

« Nous avons investi près d’un milliard d'euros sur les trois dernières années pour entretenir et augmenter nos capacités de production », explique Jean-Marc Germain, président de Constellium (4,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2016) depuis le départ en retraite de Pierre Vareille l'été dernier. M. Germain poursuit la même stratégie, qui consiste à augmenter les volumes et la rentabilité du fournisseur d'aluminium de haut de gamme focalisé sur trois secteurs : l'emballage, en croissance régulière, l'aéronautique et l'automobile.

Les constructeurs cherchent à alléger leurs véhicules pour réduire les émissions polluantes des modèles à essence et augmenter l’autonomie des voitures électriques. La demande d’aluminium, matériau léger, solide et recyclable, devrait doubler en Europe et aux Etats-Unis d’ici à cinq ans. Constellium espère qu’une bonne partie de ces volumes proviendront de ses usines.

Une nouvelle ligne qui a nécessité un investissement de 180 millions d’euros a été inaugurée en novembre 2017 dans l’usine de Neuf-Brisach (Haut-Rhin), qui fournit Audi et BMW. Le site américain de Muscle Shoals (Alabama), qui sert les constructeurs américains, notamment Tesla, a aussi été agrandie. Pour se rapprocher encore davantage de cette clientèle, Constellium a décidé de fabriquer non seulement des bobines, mais aussi des pièces finies, ce qui court-circuite les sous-traitants. Cette stratégie a d’abord été validée dans la mini-usine du C-Tech, l’unité de recherche du groupe basée à Voreppe (Isère), qui fête ses 50 ans ; cette dernière travaille sur l’amélioration des procédés de fabrication et sur de nouveaux produits, comme des tôles décoratives pour voitures. (FIGARO 15/6/17)

Alexandra Frutos