Comment le dollar influence la stratégie des constructeurs (1/2)

La faiblesse du dollar est l’un des principaux facteurs qui a influencé la stratégie des constructeurs mondiaux au cours des deux dernières décennies.Alors que les exportations aux Etats-Unis devenaient moins rentables, les constructeurs japonais et allemands ont construit et agrandi des usines d’assemblage dans ce pays. Leurs fournisseurs leur ont emboîté le pas. La part de marché des marques étrangères aux Etats-Unis est passée de 25 % en 1995 à 55 % aujourd’hui. Et les exportations de véhicules américains dépassent désormais deux millions d’unités. Le Mexique gagnera pour sa part une demi-douzaine d’usines sur la période 2013-2019, là encore en raison du dollar faible.La faiblesse de la devise américaine a été une tendance à long terme qui a transformé l’industrie mondiale. Aujourd’hui, sauf revirement dans les cours des devises, cette tendance est révolue. L’industrie va devoir s’adapter et procéder à des ajustements, qui pourraient être modestes, comme l’allocation d’une part plus importante de la production en Europe et au Japon aux marchés en Amérique du Nord et le ralentissement des projets d’expansion dans cette région.Déjà, l’appréciation du dollar vis-à-vis des principales devises commence à avoir des répercussions dans l'industrie au niveau mondial, augmentant les bénéfices au Japon, soulevant des questions sur la production en Amérique du Nord et peut-être même améliorant l'approvisionnement des concessionnaires américains en voitures allemandes.Au cours des quatre derniers mois, le billet vert s’est apprécié de plus de 15 % par rapport au yen, dopé par l'amélioration de l'économie américaine et une conjoncture moins favorable dans d'autres régions du monde. Début février, un euro s’échangeait à 1,14 dollar, le plus bas niveau depuis dix ans.

Frédérique Payneau