Comment Mercedes veut reprendre son avance dans les voitures autonomes

Il y a environ 30 ans, Mercedes avait dévoilé un prototype capable de se diriger, de freiner et d'accélérer de manière autonome. Le constructeur a affiné cette technologie jusqu'à faire circuler une Classe S de manière autonome dans Paris en 1994. Néanmoins, Mercedes avait alors écarté cette innovation, jugée « commercialement non viable ».Aujourd'hui, les technologies de conduite autonome ou automatisée sont devenues un enjeu crucial de l'industrie automobile et Mercedes ne bénéficie pas d'une avance confortable qu'auraient pu lui apporter ses premières tentatives dans les années 1990. Dieter Zetsche, président de Daimler, veut donc regagner cette avance technologique. En 2015, Mercedes a présenté le concept autonome futuriste F 015, au Salon de l’électronique CES de Las Vegas. Ce prototype pouvait notamment circuler sans conducteur, et permettre aux quatre occupants de la voiture de s’asseoir face-à-face.La technologie de conduite autonome risque de révolutionner l'activité des constructeurs d'automobiles (en la recentrant sur les logiciels, la mobilité et la connectivité, plutôt qu'exclusivement sur la carrosserie, les moteurs et les performances des voitures). Etre un des premiers constructeurs à s'engager dans le domaine de la conduite autonome permettrait à Mercedes de mieux s'adapter aux changements à venir dans l'industrie automobile.En outre, Mercedes veut profiter d'un marché appelé à se développer, jusqu'à représenter un chiffre d'affaires total de 83 milliards de dollars d'ici à 2025, selon les estimations de Frost & Sullivan.L'an dernier, Mercedes a mis en place une division composée de centaines d'ingénieurs et dédiée à la recherche sur les voitures autonomes électriques et sur les services de mobilité (autopartage, taxis autonomes, etc.).Mercedes veut aussi devenir un « incubateur de start-ups », en vue d'identifier et de promouvoir de nouvelles technologies. Cette approche montre l"importance des coopérations dans le domaine de la conduite autonome (Daimler a ainsi noué des partenariats avec Bosch pour lancer un taxi autonome d'ici à 2023 ou encore avec Uber pour ajouter des modèles autonomes à la flotte de ce dernier).Pour affiner ses technologies de conduite automatisée, Mercedes teste par exemple 5 fourgons Classe V sur les routes de Californie mais aussi près de Stuttgart, afin de les confronter aux conditions réelles de circulation.

Cindy Lavrut