Comment Mary Barra a transformé General Motors (2/2)

La présidente de General Motors souligne que l’objectif est d’être « l’entreprise automobile la plus appréciée », un concept qui va au-delà des ventes ou du cours de l’action. « Cela signifie la plus appréciée de tous nos partenaires, qu’il s’agisse de nos fournisseurs, nos distributeurs, nos employés, des syndicats où des collectivités où nous exerçons notre activité. Cela signifie que les fournisseurs nous apportent leur meilleure technologie en premier. Que les gens veulent travailler chez nous. Que les distributeurs mettent l’accent sur nos marques. Tout cela crée de la valeur qui nous permet ensuite d’avoir la rémunération adéquate pour nos actionnaires », explique-t-elle.Entrée chez GM en 1985, Mme Barra s’est promis de ne pas répéter les erreurs qui ont conduit General Motors à la faillite lors de la grande récession à la fin des années 2000. Analyse financière détaillée à l’appui, elle a fixé un nouveau cap qui a vu le constructeur abandonner des activités de longue date peu rentables, renforcer des activités bien positionnées pour se développer, et se lancer dans de nouvelles activités, comme les véhicules autonomes, l’autopartage ou encore les nouvelles énergies.L’une des tâches les plus importantes des dirigeants est l’affectation des capitaux, l’autre étant de fixer la stratégie, rappelle Mme Barra. GM a examiné systématiquement ses activités, région par région, segment par segment en évaluant leurs perspectives de rentabilité et la pertinence de leur allouer des ressources. Les investissements réalisés dans de nouvelles technologies et partenariats, dont les véhicules autonomes et le service d’autopartage Maven, pourraient ne pas porter leurs fruits avant des années.« General Motors est une entreprise différente sous la houlette de Mme Barra », estime Greg Joswiak, directeur d’Apple en charge du marketing. « Elle a compris l’importance de la technologie et mis en place une équipe incroyable. Son approche est radicalement différente de celle de l’ancien GM », indique-t-il.

Frédérique Payneau