Citroën présente une nouvelle voiture électrique, la E-Méhari

Citroën a présenté le 7 décembre une voiture électrique rendant hommage à la mythique Méhari des années 1970. Fruit d'un partenariat avec le groupe Bolloré, la « E-Méhari » sera commercialisée au printemps 2016 et fabriquée sur le site PSA Peugeot Citroën de Rennes-La Janais (Ille-et-Vilaine). « L'objectif n'est pas le volume de ventes », a indiqué le responsable de produit de Citroën Xavier Peugeot, mais d'utiliser ce modèle comme un « accélérateur d'image » en « réinventant un véhicule iconique » de la marque.

Produite de 1968 à 1987, la Méhari originale s'était écoulée à 145 000 exemplaires seulement, mais était entrée dans l'imaginaire avec sa carrosserie en plastique, ses couleurs chatoyantes et sa présence dans les stations balnéaires françaises.

Deux modèles quasi identiques vont être fabriqués sur le site rennais, la E-Mehari sous la bannière Citroën et la Bluesummer, que Bolloré pourra commercialiser de son côté. Dans les deux cas, le véhicule pourra atteindre une vitesse maximale de 110 km/h et la batterie fournie par Bolloré aura besoin de 8 à 13 heures de recharge une fois à plat. Le cabriolet électrique à quatre places disposera d'une autonomie de 200 km en cycle urbain. La principale différence entre les deux véhicules résidera dans le design avec une proximité plus affichée de la E-Mehari avec son lointain ancêtre Citroën. Bleu, orange, jaune ou beige, le modèle électrique reprend en effet les couleurs vives et la capote amovible de la Méhari de l'époque. Comme elle, il visera une utilisation de loisir, que ce soit en ville ou à la plage avec la volonté de Citroën d'en faire la deuxième ou la troisième voiture de ses clients et de nouer des partenariats avec des hôtels pour d'éventuelles locations. A noter qu’avec sa face avant et ses pare-chocs plus imposants, la E-Méhari mesure 12 cm de plus que la Bluesummer.

La E-Méhari sera dévoilée au Salon de Genève, ainsi que ses prix. Comme pour la Bluesummer, la batterie sera en location.

La production dans l’usine de Rennes sera réalisée dans un atelier auparavant dédié aux projets pilotes. Très peu mécanisée, elle emploiera pour commencer une équipe de 35 personnes pour assurer la production de 5 véhicules par jour, puis 15 si la demande le permet (soit 3 500 unités par an), volume correspondant au dispositif qui devait être mis en place pour la production de la Bluesummer. (AFP, AUTOACTU.COM 8/12/15)

Alexandra Frutos