Carlos Ghosn reconnaît l'intérêt de la pile à hydrogène, mais estime qu'il n'y a "pas d'urgence"

Carlos Ghosn, président de Renault-Nissan, ne remet pas en cause l'intérêt de la technologie des piles à combustible fonctionnant à l'hydrogène, mais estime qu'il n'y a "pas d'urgence à s'engager significativement dans cette voie aujourd'hui".

M. Ghosn explique que le programme sur les véhicules 100 % électriques, en termes de volume ainsi que sous l'angle financier, est bien plus difficile à mettre en place qu'il ne le pensait initialement. "Il y a cinq ans, je ne pensais pas que nous en serions seulement à ce stade de développement aujourd'hui", a-t-il indiqué lors du salon de Genève. A ses yeux, le manque d'engagement des collectivités publiques pour stimuler le déploiement des infrastructures explique en grande partie la situation.

Il se montre donc très prudent sur le dossier de l'hydrogène, tout en rappelant que l'Alliance travaille sur le sujet et maîtrise la technologie. "Nous ne voyons pas d'urgence à nous lancer sur ce marché, car le problème des infrastructures est encore plus prégnant pour l'hydrogène que pour le véhicule 100 % électrique. Or, la mise en place d'un réseau de distribution d'hydrogène est encore plus difficile, sous l'angle des normes de sécurité et des coûts", souligne-t-il. (JOURNAL DE L'AUTOMOBILE 5/3/15)

Juliette Rodrigues