Carlos Ghosn ne voit pas de raison de modifier la structure capitalistique de l'Alliance

Le président de Renault et de Nissan Carlos Ghosn a déclaré qu'il n'y avait « pas de raison » de modifier pour l'heure la structure capitalistique de l'Alliance, une question qui a récemment ressurgi du fait de la montée de l'Etat français au capital de Renault. « La structure capitalistique qui unit Renault à Nissan est très stable, elle est basée sur un accord signé en 1999. [...] Il n'y a pas de raison de la changer à l'heure actuelle », a expliqué le dirigeant aux journalistes lors d'une table ronde au siège de Nissan à Yokohama. (AFP)

Alexandra Frutos