Carlos Ghosn estime que les investissements pour la réduction des émissions de CO2 seront plus efficaces dans d’autres secteurs que le transport

Alors que la France doit accueillir à partir du 30 novembre la 21ème conférence mondiale sur le changement climatique, le président de Renault et Nissan Carlos Ghosn estime que les investissements pour la réduction des émissions de CO2 seront plus efficaces dans d’autres secteurs que dans celui du transport.

La contribution de la Commission européenne dans le cadre de la Cop 21 prévoit de diminuer les émissions de CO2 de 40 % en 2030 et de 60 % en 2050 par rapport à 2010, mais la question est de savoir comment ces gains seront acquis.

Alors que le secteur des transports a été largement sollicité pour réduire ses émissions polluantes ces dernières années, M. Ghosn a rappelé lors d’une intervention pour le Club automobile de l’Insead qu’il ne représentait que 20 % des émissions de CO2 de l’Union européenne. « Si vous mettez le transport sous contrôle et que 80 % des activités humaines ne le sont pas, cela ne sert à rien. Cela ne sert à rien d'être très vertueux sur 20 % des émissions, moyennement vertueux sur 30 % des émissions et aucun contrôle sur 50 % des émissions », a-t-il déclaré.

« L’industrie automobile a toutes les solutions techniques pour répondre au challenge qui est posé, la question est de savoir si c’est viable économiquement », a souligné le dirigeant, qui plaide pour une approche globale de cette question. « Il faut prendre l'ensemble des émissions et essayer secteur par secteur de trouver les solutions les plus efficaces sur le plan de la société. Cela ne sert à rien de faire des investissements très élevés sur un secteur alors que vous pouvez, en dépensant un dixième de ces montants, obtenir un effet beaucoup plus important. Les économies de CO2 sont moins coûteuses dans certains autres secteurs et il va falloir passer en revue l’ensemble de l’activité humaine », a-t-il expliqué.

« La question de fond est que nous sommes aujourd’hui 7 milliards d’êtres humains sur la planète et que nous serons 9 milliards dans 30 ans. Penser que l’on pourra vivre de la même façon est une illusion. Il faut que l’on se mette un certain nombre de règles pour que la croissance de la population ne se transforme pas en catastrophe mais soit en cohérence avec le respect de fondamentaux », a ajouté le président de Renault.

« La Cop 21 est un sujet politique, ce n’est pas un enjeu technologique », a par ailleurs déclaré M. Ghosn. L'Alliance Renault-Nissan sera le fournisseur exclusif de véhicules lors de la Cop 21. Renault et Nissan fourniront une flotte de 200 véhicules électriques pour transporter les délégués vers la conférence annuelle. Ce sera la première fois dans le cadre de cet évènement que les délégués circuleront uniquement dans des véhicules zéro émission. (AUTOACTU.COM 3/9/15)

Alexandra Frutos