CFAO annonce un bénéfice net quasi stable (+ 0,2 %) en 2014

Le groupe CFAO, spécialisé dans la distribution automobile et pharmaceutique en Afrique, a enregistré en 2014 un bénéfice quasi stable (+ 0,2 %), plombé par sa division automobile, même si son chiffre d'affaires s'est redressé au quatrième trimestre. Sur l'ensemble de l'exercice, le bénéfice net s'est établi à 100,5 millions d'euros et le résultat opérationnel s'est maintenu à 270,7 millions d'euros (+ 0,6 %). "Il représente un taux de rentabilité opérationnelle courante de 7,6 % (des ventes) contre 7,4 % en 2013", indique CFAO dans un communiqué. Le chiffre d'affaires a reculé de 1,9 %, à 3,56 milliards d'euros, mais après plusieurs trimestres de repli, les ventes sont redevenues positives sur les trois derniers mois de l'année, à 947,4 millions d'euros (+ 3,5 %).

La division automobile ("Automotive, Equipement et Services") a fortement pesé sur l'activité du groupe en 2014 et continue de souffrir au quatrième trimestre, comme avait averti le groupe il y a plusieurs mois déjà en disant ne s'attendre à "aucun retournement" à court terme. Sur l'année, les ventes de ce pôle ont chuté de 12,6 %, à 1,89 milliard d'euros. "Les ventes ont été affectées par la baisse des volumes résultant des fins de contrats au Nigeria, au Ghana et en Afrique de l'Est. Elles ont également souffert du contexte économique particulièrement difficile au Gabon. Au Maghreb, les volumes de ventes ont chuté du fait d'un nouveau repli significatif du marché algérien et de l'arrêt de contrats de distribution", indique CFAO.

CFAO a signé dernièrement plusieurs nouveaux contrats de partenariats - dont un le 19 février avec Porsche Holding pour distribuer des véhicules de tourisme et des utilitaires de marque Volkswagen en Afrique de l'Est - mais ces contrats ne devraient produire leur effet que de manière décalée dans le temps. Le groupe indique qu'il va poursuivre le redéploiement des activités de sa division "Automotive, Equipement et Services", comptant sur les nouveaux contrats récemment conclus pour "compenser à terme" les effets de la perte de certains autres, comme Nissan en Afrique de l'Est et Isuzu en Algérie et au Maroc. (AFP 23/2/15)

Juliette Rodrigues