Bruxelles franchit une première étape pour limiter les émissions de Nox des véhicules diesel en conditions réelles

Si les véhicules neufs doivent aujourd'hui respecter la norme Euro-6 en matière d'émissions de polluants, leur niveau d'émissions mesuré en laboratoire est aujourd'hui très éloigné de celui observé en conditions réelles de conduite. D’après une récente étude de l'ICCT (International Council on Clean Transportation), sur quinze véhicules diesel testés en conditions réelles de conduite, un seul émettait le même niveau de Nox que celui mesuré en laboratoire pour son homologation. En moyenne, les véhicules diesel satisfaisant à la norme Euro-6 émettent ainsi 7 fois plus de Nox que la norme pour laquelle ils ont été homologués (soit 80mg/km de Nox).

Bruxelles a donc décidé d'agir en visant en premier lieu les émissions de Nox des véhicules diesel. A partir de 2017, pour être homologués, ces derniers devront respecter une nouvelle norme d'émissions de Nox en conditions réelles de conduite. Le 19 mai, une première étape vers la mise en oeuvre de cette réglementation a été franchie à travers l'adoption de la procédure d'essai avec des équipements embarqués dans le véhicule (par la Commission européenne et un comité d'experts des Etats membres).

Les poids lourds, déjà soumis à une réglementation similaire, ne peuvent pas dépasser de plus de 1,5 fois en conditions réelles le niveau d'émissions de Nox fixé par la norme Euro-6. Les constructeurs ont par conséquent proposé de fixer le même coefficient multiplicateur pour les véhicules particuliers (1,5). Mais s'il est adopté, ce seuil ne pourrait être que provisoire pour être renforcé ensuite à partir de 2020. (AUTOACTU.COM 20/5/15)

Alexandra Frutos