Bosch pourrait réaliser de nouveaux investissements dans son usine de Rodez



Bosch a officiellement inauguré le 4 juillet la nouvelle ligne d'injecteurs diesel de son usine de Rodez, fruit d'un accord passé avec les syndicats qui devrait permettre bientôt d'autres investissements dans cette usine. « Nous avons investi 29 millions d'euros dans les nouveaux injecteurs, cela a été rendu possible par un accord gagnant-gagnant avec les syndicats, prévoyant 112 pré-retraites, un compteur pluriannuel des RTT permettant d'ajuster les ressources de l'usine aux fluctuations du marché et une modération salariale en 2014 », a rappelé le directeur du site Olivier Pasquesoone lors d'une conférence de presse.

Les effectifs, ramenés à 1 515 salariés permanents au début 2014, font de l'usine d'Onet-le-Château, près de Rodez, le premier employeur privé de l'Aveyron. L'accord garantit la pérennité de l'usine au moins jusqu'en 2018.

Les économies permises par ces mesures de flexibilité ont été évaluées à plus de 9 millions d'euros, permettant d'afficher des coûts de production satisfaisants pour la maison-mère allemande. « Les efforts du personnel se sont traduits par une baisse des coûts permettant de continuer à investir, à Rodez, sur la base de 10 millions par an, comme c'était le cas depuis 8 à 9 ans », a souligné un membre du directoire, Rolf Bulander, parlant d'une « usine pilote » pour les produits de pointe diesel.

M. Pasquesoone a laissé entendre qu'après les 29 millions d'euros investis, le groupe s'apprêtait à « industrialiser une nouvelle génération de buses pour injecteurs » et à « mettre en place de nouveaux moyens de production pour les bougies de préchauffage à la mi-2015 ». De source syndicale, non démentie par la direction, ces nouveaux investissements pourraient représenter 20 millions d'euros. (AFP 4/7/14, FIGARO 5/7/14, ECHOS 7/7/14)

Alexandra Frutos