Bolloré lance son service d'autopartage de véhicules électriques à Indianapolis

Le groupe Bolloré a décroché un contrat de 35 millions de dollars pour installer en 2014 son dispositif d'autopartage de véhicules électriques à Indianapolis, aux Etats-Unis. Ce service, développé dans le cadre d'un partenariat public-privé, comprendra 500 véhicules électriques, 200 stations de location et sera équipé de 1 200 bornes de recharge, souligne le groupe dans un communiqué. Vincent Bolloré, président du groupe, s'est dit « enthousiaste à l'idée de participer à l'accélération de l'adoption des véhicules électriques en Amérique ».

Alors que certaines grandes villes américaines comme New York, Chicago et San Francisco disposent déjà de systèmes de partage de voitures, ce n'était pas le cas d'Indianapolis, ville du Midwest américain dont l'agglomération ne cesse de s'étendre. Si les résidents du Midwest américain sont connus surtout pour leur goûts pour les gros 4x4 ou les pick-ups, Hervé Muller, directeur général de la filiale de Bolloré IER, en charge du programme, souligne que le centre d'Indianapolis comprend une large population estudiantine et que beaucoup de jeunes adultes seraient disposés à se passer de voiture personnelle si de bonnes alternatives leur étaient proposées.

Les bornes de recharge du réseau mis en place par Bolloré seront accessibles à tous les propriétaires de véhicules électriques, ce qui devrait contribuer à faire d'Indianapolis une des villes au parc automobile le plus électrifié des Etats-Unis. Le programme d'autopartage, qui n'a pas encore de nom, sera destiné aux locations de courte durée. Les véhicules seront notamment équipés d'un GPS. Il sera offert à la fois aux particuliers, aux agences gouvernementales et aux entreprises désireuses de réduire leur parc automobile.

Le projet à Indianapolis « fait partie d'une stratégie pour développer notre présence aux Etats-Unis. D'autres villes suivront », a déclaré M. Muller, ajoutant que le groupe avait engagé des discussions « ces six derniers mois avec un certain nombre de villes grandes et moyennes » dans le pays. (AFP 10/6/13, ECHOS 11/6/13)

Alexandra Frutos