Baisse surprise des coûts d'usage VP et VUL

Exploiter un VP ou VUL à moteur thermique coûté moins cher aux entreprises en 2016, révèle la 6ème édition du TCO Scope de l'OVE (Observatoire du véhicule d'entreprise). Cette étude chiffre le coût d'usage des véhicules en entreprises à partir de tous les éléments intervenant dans le TCO d'un véhicule (dépréciation, entretien, frais financiers, carburant, charges fiscales et sociales, etc.). Sur l'exercice écoulé, le prix de revient kilométrique (PRK) moyen global pondéré de l'ensemble des VP thermiques exploités par les entreprises s'est établi à 0,340 euro TTC/km, en baisse de 0,87 % par rapport à 2015 (- 8,8 % par rapport à celui de 2012). Avec un contrat établi sur la base d'une loi de roulage de 48 mois/100 000 km, le coût total moyen pondéré de ces véhicules s'est établi à 33 942 euros (34 302 euros en 2015).

Plusieurs facteurs expliquent le nouveau repli du PRK des VP thermiques en 2016 (il s'était déjà contracté de 1,4 % en 2015). « Les prix du carburant ont baissé, tout comme les frais financiers et les taux d’intérêt », explique Bernard Fourniou, président de l'OVE. Le prix moyen du litre d'essence est ainsi passé de 1,35 euro en 2015 à 1,28 euro en 2016, et celui du litre de gazole de 1,15 à 1,10 euro. Les taux d'intérêt ont quant à eux affiché une moyenne de 3,2 % en 2015 et de 2,9 % en 2016. « Le marché de l’occasion est aussi resté bien orienté, ce qui a assuré de bonnes valeurs de revente », poursuit M. Fourniou. Rien d'étonnant, donc, si trois postes du coût total moyen pondéré des VP thermiques se sont au final contractés en 2016 : les frais financiers, l'énergie et l'entretien/pneumatiques/assurance (ces composantes ont participé au coût total moyen pondéré des VP thermiques à hauteur de respectivement 3,99 %, 11,55 % et 20,96 %).

Dans les VUL thermiques, les postes frais financiers, énergie et entretien/pneumatiques/assurance ont eux aussi un peu moins contribué au coût total moyen pondéré en 2016 (- 0,25 point pour les frais financiers, - 1,9 point pour l'énergie et - 0,6 point pour l'entretien/pneumatiques/assurance). L'an dernier, et toujours sur la base d'une loi de roulage de 48 mois/100 000 km, le coût total moyen pondéré des VUL thermiques exploités par les entreprises s'est établi à 25 379 euros, en baisse de 1,06 % par rapport à 2015. Le prix de revient kilométrique (PRK) moyen global pondéré de l'ensemble des VUL thermiques exploités par les entreprises s'est quant à lui affiché à 0,254 euro HT/km, en repli de 1,16 % sur 2015 (- 7,97 % par rapport à celui de 2012). Au niveau des VUL, l'OVE a constaté une baisse des frais financiers de 5,98 %, mais aussi vu la consommation moyenne de ces véhicules passer de 5,29 l/100 km en 2015 à 5,01 l/100 km en 2016. Et, bien sûr, à tous ces éléments s'est ajoutée la baisse du prix des carburants.

Les constats effectués au niveau des V.E. sont à peu de choses près les mêmes que l'an dernier. Avec une loi de roulage de 48 mois/60 000 km, la Renault Zoé affiche toujours un PRK moyen supérieur à ceux de ses pendants à essence (Clio Zen Energy TCe 90ch) et diesel (Clio Zen Energy dCi 90ch). Il est de 0,419 euro TTC/km pour la Zoé Zen, contre 0,387 euro TTC/km pour la Clio Zen Energy TCe 90 ch et 0,385 euro TTC/km pour la Clio Zen Energy dCi 90ch. « La location de batterie pénalise beaucoup la Renault Zoé », analyse Bernard Fourniou. Pour ce qui est du Kangoo Z.E., ce véhicule fait en revanche jeu égal avec son homologue diesel (Kangoo Confort Energy dCi). Le PRK moyen de la version tout électrique du Kangoo est de 0,334 euro HT/km et celui de sa version diesel de 0,334 euro HT/km. (JOURNALAUTO.COM 20/6/17)

Alexandra Frutos