Avec les voitures autonomes, les constructeurs visent le « zéro accident » (1/2)

Tout en poussant de plus en plus loin les dispositifs de sécurité passive, qui permettent de protéger les passagers en cas de collision, et en multipliant les technologies d'aide à la conduite, la recherche se tourne aujourd'hui vers la sécurité active. Les constructeurs, qui tentent par tous les moyens d’éradiquer les risques d’accident, cherchent désormais à développer des voitures autonomes.

En 2013, quelque 3 250 automobilistes ont trouvé la mort sur les routes françaises, soit le niveau le plus bas enregistré depuis 1948. La tendance est la même en Europe, où le nombre de décès a baissé de 8 % en 2013 et de 17 % depuis 2010. Mais les constructeurs veulent aller plus loin. Nissan et Volvo n'ont ainsi pas hésité à s'engager sur une promesse choc : aucun mort ou blessé grave à bord de leurs voitures neuves à l'horizon 2020 !

De fait, les voitures deviennent toujours plus sûres, principalement grâce aux progrès réalisés ces dernières années en matière de sécurité passive, qui permet de préserver les passagers en cas de collision. Mais les principales avancées sont désormais ailleurs. « C'est sur la sécurité active, qui vise à éviter l'accident, que se concentrent désormais les principales innovations en termes de sécurité », indique Jean-François Huère, délégué à la sécurité routière et ITS pour PSA Peugeot Citroën.

La plupart de ces dispositifs font appel à la connectivité, qui permet de mesurer en direct l'état de sa voiture (pression des pneus, niveau des huiles, etc.). Ils généralisent également les solutions d'électronique embarquées, via des systèmes d'aide à la conduite intelligents, regroupés sous l'acronyme Adas (pour « advanced driver assistance systems »). Après l'ABS (antiblocage des roues lors du freinage) et l'ESP (antidérapage), les constructeurs déploient actuellement le freinage d'urgence autonome, qui permet de prendre le relais du conducteur en cas de collision imminente. Même logique du côté du régulateur de vitesse adaptatif (ACC), qui maintient la distance de sécurité avec la voiture de devant, ou des systèmes de « lane keeping », qui repèrent le franchissement de ligne du véhicule et préviennent le conducteur (via une vibration au volant ou sur la ceinture), voire remettent directement le véhicule dans la voie. Autant d'aides à la conduite rendues possibles par l'intégration de plus en plus poussée de caméras, de capteurs ultrasons et autres radars qui, combinés, permettent à la voiture de « percevoir » son environnement.

Alexandra Frutos