Audi risque de manquer son objectif de devenir le premier constructeur de haut de gamme 1/2

Depuis les années 1970, Audi vante la qualité de ses modèles avec son slogan « Vorsprung durch Technik » (l’avancée par la technologie). Néanmoins, la marque semble actuellement ne plus suivre cette ligne de conduite. En effet, à l’heure où BMW lance sa marque dans les véhicules électriques (BMW i) et où Mercedes se renouvelle à la fois sur le segment des voitures (CLA) et des berlines luxueuses (Classe S), Audi ne propose aucun modèle électrique. De plus, sa berline statutaire A8 (en concurrence directe avec la Classe S) n’offre pas de motorisation hybride rechargeable, ni du système de conduite semi-autonome en cas d’embouteillages, à l’inverse de sa concurrente de la marque à l’étoile.

Selon le cabinet de consultants IHS, les ventes de l’A1 devraient reculer de 16 % en 2013 (à 101 700 unités), tandis que les ventes de sa rivale du groupe BMW - la Mini - devraient augmenter de 3 % (à 140 300 unités). Sur le segment des berlines statutaires, les ventes de l’A8 de 19 %, à 44 900 unités, tandis que la Mercedes Classe S et la BMW Série 7 devraient voir leurs ventes progresser de 22 % (à 81 900 unités) et de 30 % (à 85 300 unités), respectivement.

Or, les innovations technologiques (en termes de motorisations pour les véhicules verts de BMW ou en termes de systèmes d’infodivertissement et d’aide à la conduite pour Mercedes) sont des critères déterminants sur le segment des voitures de haut de gamme. Audi doit donc mettre l’accent sur le développement de nouvelles technologies pour être plus compétitif face à BMW et Mercedes. Sans avancée technologique ou renouveau de son design, la marque aux anneaux risque de ne pas réussir à atteindre son objectif de devenir le premier constructeur de haut de gamme, devant BMW et Mercedes.

Cindy Lavrut