Audi revoit sa stratégie d'électrification

Audi, tout en gardant le label e-tron, a revu sa stratégie d'électrification. La marque a ainsi abandonné le tout-électrique (cf. revue de presse du 13/2/13), au profit de l'hybridation. L'A1 e-tron remplacera ainsi sa motorisation électrique à prolongateur d'autonomie par une motorisation hybride similaire à celle développée pour l'A3 e-tron (avec un moteur de 1,4 l et de 3 cylindres et un moteur électrique de 75 kW).

L'A3 e-tron sera d'ailleurs commercialisée à partir de 2014. Le modèle peut circuler en mode 100 % électrique sur environ 50 km. Les batteries de l'A3 hybride (qui pèsent 125 kg) se rechargent en 4 heures sur une prise de courant conventionnelle ou en 2 heures sur une prise industrielle à plus fort ampérage.

L'A3 e-tron consomme, selon Audi, 1,5 litre de carburant aux 100 km, ce qui représente des émissions de CO2 de 35 g/km.

Par ailleurs, Audi développe une A3 g-tron, fonctionnant au gaz. Afin que ce modèle émette 0 g de CO2 du puits à la roue, le constructeur a construit sa propre unité de production de gaz, dans laquelle du gaz est synthétisé par électrolyse (décomposer de l'eau pour obtenir de l'hydrogène et de l'oxygène) puis par méthanisation (faire réagir l'hydrogène avec du CO2 pour obtenir du méthane). Le méthane ainsi obtenu peut être vendu dans les stations-service et alimenter des A3 g-tron.

Les A3 g-tron rejettent en réalité 95 g de CO2/km lorsqu'elles roulent, mais ce CO2 est absorbé lors du processus de fabrication du méthane.

L'unité de production de gaz d'Audi sera inaugurée le 25 juin. (AUTOSTRAT INTERNATIONAL 11/6/13)

Cindy Lavrut