Audi appelle à la rédaction d'une loi sur la conduite autonome

Dans un entretien accordé à WIRTSCHAFTSWOCHE, Ulrich Hackenberg, responsable du développement d'Audi, a appelé le gouvernement allemand à autoriser la conduite autonome. « Nos ministres doivent agir, sans quoi nous serons laissés en arrière », a-t-il prévenu. En effet, les pays où les tests de conduite autonome sont déjà autorisés, tels que la Chine, les Etats-Unis ou le Royaume-Uni, risquent de prendre de l'avance dans la course aux technologies liées à ce nouveau domaine porteur.La conduite autonome étant autorisée à l'essai aux Etats-Unis, Audi a pu faire venir une A7 autonome jusqu'au Salon CES de Las Vegas depuis la Silicon Valley (cf. revue de presse du 6/1/15). M. Hackenberg n'est pas le seul à appeler à une évolution du cadre légal. En effet, Dieter Zetsche, président de Daimler, a lui aussi ouvert le débat (cf. revue de presse du 7/1/15). Le dirigeant estime de son côté que la conduite autonome pourrait être autorisée par étape. D'ici 5 à 10 ans, la conduite pourrait être automatisée sur les autoroutes. En ville, où les règles de conduite sont plus compliquées et les obstacles (piétons, mobilier urbain, etc.) plus nombreux, les futures lois à ce sujet devront également être plus détaillées, ce qui implique que la conduite autonome en ville ne pourra disposer d'un cadre légal que d'ici plus de dix ans. (FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG 8/1/15, AUTOMOBILWOCHE 11/1/15)

Cindy Lavrut