Au Maroc, le Groupe PSA confirme ses ambitions régionales

Le Groupe PSA a précisé le 15 juin les contours de sa première usine marocaine, située à Kénitra près de Rabat, confirmant également ses ambitions en Afrique et Moyen-Orient. Au lendemain de la visite au Maroc du Président français Emmanuel Macron, le patron de PSA Carlos Tavares a déclaré que cette unité de production entrerait en service en 2019, affirmant ainsi « respecter le planning ». Sa capacité de production initiale sera de 90 000 véhicules par an.

Installée à Kénitra, au nord de Rabat, l'usine, avec une partie de production de moteurs dont les travaux ont été lancés hier, « sera à la pointe de la performance industrielle, avec un taux d'intégration locale (pièces fabriquées sur place) largement supérieur à 60 % », a souligné Rémi Cabon, directeur général de Peugeot Citroën Automobiles Maroc, filiale de PSA. La future usine devrait représenter 4 500 emplois directs à pleine charge et 20 000 emplois indirects, notamment chez les équipementiers, selon ses promoteurs.

Le ministre marocain de l'Industrie, Moulay Hafid Elalamy, qui a fait du développement du secteur automobile une priorité, s'est félicité de « cette réalisation conjointe ». Le secteur automobile est désormais « le premier exportateur marocain », selon lui. « Nous sommes à 60 milliards de dirhams d'export (5,5 milliards d'euros), avec une perspective en 2019 à 100 milliards », a indiqué le ministre, confiant être en « négociation avancée » avec d'autres constructeurs d’automobiles.

Carlos Tavares a par ailleurs affirmé que la région Afrique et Moyen-Orient était un « pilier majeur » de la croissance du groupe. « Nos volumes y ont plus que doublé entre 2014 et 2016. Notre ambition est de vendre un million de véhicules à l'horizon 2025 pour cette région et d'y produire pas moins de 70 % de ces véhicules », a-t-il déclaré.

L'annonce de l'arrivée d'un deuxième grand constructeur d’automobiles au Maroc, après Renault qui dispose d'une méga-usine près de Tanger, avait été faite en juin 2015, avec à la clé un investissement de 557 millions d'euros. (AFP 15/6/17)

Alexandra Frutos