Alléger les automobiles grâce à un acier de troisième génération (1/2)

Le groupe sidérurgique ArcelorMittal a présenté le mois dernier un nouvel acier dédié au marché européen de l'automobile. Baptisé HF1050 et issu des recherches du campus de Maizières-lès-Metz (Moselle), cet acier de troisième génération alliant formabilité et résistance permettrait un allégement de 10 % à 20 % des pièces actuelles. Des qualités propres à renforcer le niveau de sécurité des véhicules, mais aussi à abaisser leur poids et donc à réduire leur consommation de carburant et leurs émissions de CO2.

Dévoilée le 23 mai, cette innovation a été lancée fin 2013 en Europe et aux Etats-Unis pour pouvoir être testée par différents constructeurs d’automobiles, qui ont récemment validé son utilisation. Résultat, produit actuellement sur les sites belges d’ArcelorMittal à Gand et à Liège, puis ensuite en Amérique du Nord, au Brésil et en Chine, le HF1050 sera prochainement utilisé pour les pièces de structure de la caisse en blanc, notamment. Les premiers modèles de série construits de la sorte doivent sortir des lignes de production en 2016.

Pour Jean Luc Thirion, directeur R&D automobile au niveau mondial chez ArcelorMittal, ce matériau devrait contribuer à porter la part des aciers à très haute résistance à près de 50 % des aciers pour automobiles. Un beau succès pour le géant de la sidérurgie, qui emploie 1 300 collaborateurs dédiés à la R&D.

Ce nouvel acier de 3ème génération destiné au marché automobile européen est le premier d’une série d’aciers à très haute résistance qu’ArcelorMittal lancera dans les années à venir.

Alexandra Frutos