Aidé par la faiblesse du yen, Toyota table de nouveau sur des résultats records cette année

Après avoir été ébranlé par la crise financière mondiale, puis par une série noire de rappels en 2009-2010, Toyota a désormais renoué avec une santé florissante. Le groupe bénéficie fortement de la dépréciation du yen, corollaire de la politique d'assouplissement monétaire conduite par la Banque du Japon (BOJ) dans le contexte des "abenomics". Depuis le lancement, fin 2012, de cette stratégie de relance mise en oeuvre par le Premier ministre Shinzo Abe, la devise nippone a plongé de 44 % face au dollar.

Cette évolution des devises renforce la compétitivité à l'étranger de Toyota, qui exporte 20 % des véhicules qu'il produit au Japon. Elle gonfle par ailleurs mécaniquement les revenus encaissés hors de l'archipel. Le groupe s'achemine ainsi vers de nouveaux profits records pour l'exercice 2014-2015 qui s'achèvera fin mars. Toyota table sur un bénéfice net de 2 130 milliards de yens (15,3 milliards d'euros, + 16,8 %) cette année et sur un résultat d'exploitation de 2 700 milliards (21,1 milliards d'euros, + 17,8 %), tandis que le chiffre d'affaires devrait progresser de 5,1 %, à 27 000 milliards de yens (194 milliards d'euros). (AFP 17/3/15)

Juliette Rodrigues