Affaire VW : le constructeur se défend d'avoir violé la loi en Europe

Dans le cadre du scandale des moteurs truqués, le groupe Volkswagen se défend d’avoir violé la loi en Europe.

En effet, son système de désactivation du logiciel de contrôle des émissions ne serait pas illégal selon la réglementation européenne (ce qui n’est en revanche pas le cas aux Etats-Unis), ce qui justifierait que le constructeur ne verse pas d’indemnités à ses clients européens, alors qu’il en verse à ses clients américains.

Volkswagen justifie néanmoins ses rappels pour remettre ses véhicules aux normes par une volonté de collaborer avec les autorités « dans le meilleur intérêt des clients ». (FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG, HANDELSBLATT, SPIEGEL, SÜDDEUTSCHE ZEITUNG 3/11/16)

Cindy Lavrut